Confort & Énergie

Énergie

Confort en été et en hiver

Un contrôle automatique du climat intérieur est prévu en été via l’ouverture et la fermeture des fenêtres, ainsi que par le biais des protections solaires. Les fenêtres procureront de l’air frais et garantiront ainsi une bonne qualité de l’air intérieur ainsi qu’un confort thermique certain. Les protections solaires automatisées préviendront quant à elles les phénomènes de surchauffe.

Afin de garantir le confort des habitants, un système de chauffage au sol sera installé au rez-de-chaussée. Au premier ainsi qu’au deuxième étage, des radiateurs seront placés. Ces derniers seront certainement rarement utilisés, mais les habitants auront toutefois la possibilité de chauffer davantage leurs pièces si nécessaire. L’isolation importante des murs permettra d’atteindre une température assez élevée, même sans recourir au chauffage. La possibilité sera cependant laissée aux habitants de choisir leurs températures individuelles.

Au rez-de-chaussée, un préchauffeur sera installé dans la grille de ventilation afin de réchauffer l’air entrant dans la salle à manger et prévenir toute sensation de courant d’air.

Isolation

Une isolation optimale de la maison est prévue. Le toit, le sol et les murs seront isolés de manière à apporter à la maison un confort thermique intérieur optimal.

Murs

L’isolation des murs se fera par l’extérieur au moyen de 20 cm de polystyrène expansé et de plâtre Webertherm B100 WDVS sur les briques existantes. Une valeur Lambda de maximum 0.032W/mK  pourra être atteinte grâce au système d’isolation fourni par Weber.

La structure en bois de l’extension sera isolée avec 8 cm de mousse résol (λd: maximum 0,021 W/mK), 15 cm de laine de verre ISOVER Comfortpanel 32 et 5 cm de laine de verre ISOVER Comfortpanel 32 (λd: maximum 0,032 W/mK) 

Mur adiabatique (mur commun aux deux maisons)

Le mur entre les deux maisons sera isolé de l’intérieur avec 5cm de laine minérale afin de garantir un confort thermique et acoustique (λd: maximum 0,037 W/mK).

Toit

La structure du toit ainsi que les tuiles seront conservées. Les tuiles de la marque Wienerberger ont été placées il y a une dizaine d’années et ont une durée de vie de 150 ans. L’isolation de la toiture se fera par l’intérieur en plaçant 8 cm et 18 cm de mousse résol (λd: maximum 0,021 W/mK).

Le toit de l’extension sera quant à lui isolé avec 18 cm de laine minérale sur le dessus de la structure et 17,5 cm de laine minérale entre les structures (λd: maximum 0,032 W/mK). 

Plans

Le carrelage existant du rez-de-chaussée était placé directement sur le sable. Après les travaux, le sol sera constitué d’une couche de 16cm de polystyrène extrudé (XPS) sur du sable stabilisant, et de 12 cm de béton lissé intégrant le chauffage au sol (λd: maximum 0,031 W/mK pour la maison, et λd: maximum 0,025 W/mK pour l’extension).

Au premier et deuxième étage, la structure en bois et le sol seront réutilisés et la structure sera renforcée. Entre les poutres, 14 cm de laine de verre de type ISOVER – Isoconfort 35 seront placés (λd: maximum 0,035 W/mK).

03-COMFORT-&-ENERGY-architecture---PLAN00

Rez-de-chausseé

03-COMFORT-&-ENERGY-architecture---PLAN01

Premier étage

03-COMFORT-&-ENERGY-architecture---PLAN02

Deuxième étage

Énergie renouvelable

De nombreuses possibilités de production d’énergies renouvelables sur site ont été étudiées mais aucune d’entre elles n’a été retenue. L’électricité sera fournie par un fournisseur d’énergie verte. Une production d’énergie commune à l’ensemble du quartier, à laquelle la maison pourrait être raccordée, semble être la solution la plus optimale tant du point de vue du coût que du point de vue pratique.

La surface de la toiture est trop petite pour y installer des panneaux photovoltaïques. La taille du jardin ne permet pas non plus d’installer suffisamment de panneaux photovoltaïques. Une production collective d’énergie par le biais de panneaux photovoltaïques fonctionnant pour l’ensemble de la Cité du Bon Air serait dès lors plus avantageuse.

Il a été envisagé de placer des panneaux solaires thermiques sur le toit de l’abri de jardin afin de chauffer l’eau sanitaire. Le coût additionnel engendré par ce dispositif n’entrait cependant pas dans le budget de la société de logements sociaux pour ce projet.

Le mode de chauffage habituel en Belgique est le gaz. VELUX a opté pour une chaudière à gaz à condensation à haut rendement pour le projet. Malgré ses avantages sur le plan environnemental, le choix ne s’est donc pas porté sur la pompe à chaleur étant donné son coût important (n’entrant pas dans le budget de la société de logements sociaux) et sa faible reproductibilité. Il est en outre difficile de trouver la place suffisante dans le quartier du Bon Air pour le bon fonctionnement de la pompe (en raison de la distance minimale nécessaire entre les différents forages).

Pour finir, l’eau de pluie sera récupérée par le biais d’une citerne de 5000l et réutilisée pour la chasse d’eau des toilettes, la machine à lessiver, le jardin,… La pompe d’eau de pluie sera fournie par Grundfos et sera du type RWR Smartflo SQE 3-40 Master.

Plus d’infos sur la ventilation